27 septembre 2009

DBers: Pâte Feuilletée & Vol au Vent en Desserts



The September 2009 Daring Bakers' challenge was hosted by Steph of A Whisk and a Spoon. She chose the French treat, Vols-au-Vent based on the Puff Pastry recipe by Michel Richard from the cookbook Baking With Julia by Dorie Greenspan.

Être passée à côté des 2 précédents défis des Daring Bakers était déjà une motivation en soi pour ne pas rater le rendez-vous de ce mois-ci, mais lorsqu'en plus j'ai découvert le thème proposé par Steph du blog A Whisk and a Spoon, c'est avec plaisir et le sourire aux lèvres que j'ai remis la main à la pâte et ressorti mon rouleau.
La mission: réaliser des vol-au-vent garnis selon goût (sucrés ou salés) et fantaisie à partir d'une pâte feuilletée maison basée sur la recette de Michel Richard dans le célèbre Baking with Julia.
Pour moi, la question ne se posait même pas quant au type de plat choisi pour mes vol au vent tant il était évident qu'ils feraient de parfaits desserts.
Si je suis restée relativement fidèle à la recette proposée, je me suis surtout amusée avec les formes et les garnitures.
Faute de temps, il vous faudra patienter encore 2 jours pour avoir les recettes mais voici juste un petit aperçu pour vous mettre l'eau à la bouche.

Edit du 06.10.09: recettes mises à jour :))


(pour environ 1,3 kg de pâte feuilletée)


  • 360g de farine T55
  • 140g de farine T45
  • 1 cc de sel
  • 300ml d'eau glacée
  • 450g de beurre froid (ou margarine)

Note: la réalisation de la pâte feuilletée par Michel Richard dans la cuisine de Julia Child est visualisable ici et vaut mieux que toutes les explications écrites. Pour des explications en photos, le principe est strictement identique au tourage des danish ou des croissants et est très bien détaillé ici.

Verser les deux farines et le sel dans le bol d'un robot multifonctions muni de la double lame (couteau) et mélanger rapidement en effectuant 2 à pulsations courtes.
Ajouter en une seule fois l'eau glacée et mélanger toujours par pulsations brèves jusqu'à formation d'une pâte molle qui se rassemble en boule autour de la lame. La pâte (détrempe) doit être assez molle, humide et très malléable.

Transvaser la pâte sur un plan de travail fariné, façonner en boule puis avec un couteau bien aiguisé faire 4 entailles parallèles 2 à 2 (type morpion). Couvrir la pâte avec un linge humide et placer au frais le temps de préparer le beurre.

Sortir le beurre du réfrigérateur et le placer entre 2 morceau de film alimentaire. Avec un rouleau à pâtisserie, taper sur toute la surface de façon régulière jusqu'à ce que le beurre ait une épaisseur d'environ 2,5 cm (presser régulièrement les coins pour que le beurre conserve une forme rectangulaire).

Note: si vous utilisez de la margarine spéciale pâtisserie, je vous conseille de la mettre à température ambiante quelques heures avant d'effectuer le feuilletage, elle s'incorporera plus facilement


Feuilletage

Placer la détrempe sur un plan de travail fariné, saupoudrer la surface avec un voile de farine et l'écraser doucement avec le rouleau à pâtisserie puis l'étaler de manière à former un carré de 25 x 25 cm. En partant du centre du carré, étaler un peu plus les 4 coins de façon à former des "oreilles" avec le centre de la pâte plus épais.
Placer le rectangle de beurre bien centré sur le carré de détrempe puis rabattre les coins un à un en les étirant de manière à envelopper complètement le beurre. Tapoter fermement avec le rouleau pour bien sceller.

Note: à partir de ce stade, il est fondamental de veiller à ce que la pâte soit toujours froide. Si le beurre commence à fondre et à s'échapper de la pâte, envelopper la pâte dans du film alimentaire et réfrigérer le temps nécessaire pour reconsolider le beurre. Par expérience, il est quasi inutile de réfrigérer la pâte entre les tours quand le feuilletage se fait avec de la margarine sauf si la pièce est exceptionnellement chaude.



Etaler la pâte toujours depuis le centre vers l'extérieur jusqu'à une longueur d'environ 60 cm en veillant à être le plus régulier possible pour étaler le beurre de manière homogène sur toute la surface. Veiller également à soulever régulièrement la pâte pendant l'étalement pour contrôler qu'elle ne colle pas au plan de travail.
Retirer l'excédent de farine avec un pinceau à poils souples puis replier le rectangle en portefeuille (tour simple). Tourner la pâte d'un quart de tour de façon à avoir l'ouverture vers la droite et la tranche vers la gauche comme un livre fermé (tour 1).
Etaler à nouveau de la même manière en rectangle de 60 cm puis refaire un tour simple (tour 2). Réfrigérer éventuellement la pâte bien emballée dans du film alimentaire pendant 30 min si la pâte commence à ramollir et à perdre de sa fraicheur ou pire si du beurre commence à couler hors de la pâte.
Si la pâte est toujours bien froide sans coulures, effectuer 2 tours simples supplémentaires (tours 3 & 4). Réfrigérer à nouveau 30 à 60 min voire toute la nuit si cela vous arrange dans votre planning.

Note: à chaque étape de réfrigération, notez le nombre de tours effectués en l'imprimant directement sur la pâte du bout des doigts

Réaliser 2 derniers tours simples (tours 5 & 6) puis emballer la pâte soigneusement dans du film alimentaire et la réfrigérer pendant minimum 1 h.

A ce stade, la pâte feuilletée est prête à être utilisée directement. Elle peut également être conservée au frais pendant quelques heures ou congelée pour une plus longue période. La pâte feuilletée congelée se décongèle au réfrigérateur pendant une nuit. Avant de l'utiliser, effectuer 1 à 2 tours simples.


Façonnage des vol au vent

Diviser la pâte feuilletée en 3 parts égales (environ 420g) avec un coupe-pâte ou un couteau bien aiguisé. Travailler avec un morceau à la fois en conservant les autres enveloppés au frais ou éventuellement congelés pour une utilisation future.

Garnir une plaque de cuisson avec du papier sulfurisé (ou plusieurs selon la quantité de vol-au-vent désirée). Fouetter grossièrement un oeuf ou un jaune d'oeuf avec un petit peu d'eau pour la dorure.

Sur un plan de travail légèrement fariné, étaler la pâte au rouleau en rectangle sur une épaisseur d'environ 5 mm. Transférer éventuellement la pâte sur la plaque de cuisson préparée et placer au réfrigérateur pendant 10 min.

Note: j'ai choisi de faire 2 types de vol-au-vent: des ronds classiques (environ 8 vol-au-vent de 8 cm pour 1/3 de pâte feuilletée) et des barquettes ( 8 barquettes pour 1/3 de pâte feuilletée). Le dernier tiers de pâte a été congelé pour d'autres utilisations.

  • pour les vol-au-vent classiques (1/3 de pâte)


Avec un emporte-pièce rond de 8 cm de diamètre, découper des ronds dans la pâte feuilletée étalée en veillant à faire des coupures franches pour éviter d'écraser le feuilletage (la 1/2 de ces ronds serviront de fond aux vol-au-vent). Avec un emporte-pièce rond de 5 cm évider le centre de la moitié des ronds préparés de manière à former un anneau qui servira de surface aux vol-au-vent.
Récupérer les chutes de pâte, les placer les unes au-dessus des autres puis les ré-étaler sur une même épaisseur pour former d'autres vol-au-vent jusqu'à épuisement de la pâte.

Note: les ronds évidés pour former les anneaux de pâte peuvent être réutilisés avec les chutes ou laissés tels que pour faire des petits "chapeaux". Il est important de ne pas retravailler les chutes et des juxtaposer les unes sur les autres pour conserver le feuilletage.

Disposer tous les ronds pleins (fonds et chapeaux) sur la plaque de cuisson tapissée de papier sulfurisé en les espaçant suffisamment. Piquer leur surface avec une fourchette pour limiter le gonflement de la pâte puis dorer légèrement au pinceau en évitant de laisser l'oeuf couler sur les côtés. Coller chaque anneau sur son rond respectif en appuyant doucement pour faire adhérer puis dorer légèrement à l'oeuf.
Réfrigérer la plaque le temps de préchauffer le four th. 6-7 (200°C).

Note: à ce stade, les vol-au-vent formés peuvent être congelés bien emballés individuellement pendant plus d'un mois. Pour les utiliser, les faire cuire directement à la sortie du congélateur après les avoir dorés à l'oeuf.

Juste avant d'enfourner, placer une feuille de cuisson silicone ou de papier sulfurisé sur les vol-au-vent pour les aider à gonfler régulièrement. Cuire environ 15 min ou le temps que les vol-au-vent soient gonflés et légèrement dorés.
Baisser le thermostat à 6 (180°C), retirer la feuille de cuisson ou silicone et poursuivre la cuisson des vol-au-vent pendant 15 à 20 min ou jusqu'à ce que les vol-au-vent soient bien dorés et gonflés.

Note: si le fond des vol-au-vent a gonflé, le percer délicatement avec la pointe d'un couteau pour laisser l'air s'échapper et laisser le fond reprendre sa place.

Refroidir sur une grille puis garnir selon vos goûts.

  • pour les vol-au-vent barquettes (1/3 de pâte)


Etaler la pâte de manière à former un rectangle de 40 cm x 20 cm (retailler éventuellement les bords pour obtenir un rectangle bien droit). Découper 8 carrés de 10 x 10 cm. En les travaillant un par un, replier chaque carré en triangle puis faire 2 entailles parallèles aux côtés du triangle depuis la base sur 2/3 environ de la hauteur. Déplier le triangle et passer dans les entailles les 2 pointes du carré de pâte.



Disposer les barquettes sur la plaque de cuisson garnie de papier sulfurisé, piquer la base centrale avec une fourchette puis dorer à l'oeuf. Procéder exactement comme pour les vol-au-vent classiques pour la cuisson et la garniture.


Mes vol-au-vent ont été servis en dessert avec 3 types de garniture soit de saison soit avec des "fonds de placard". Ces derniers ont été les plus simples puisqu'il me restait des figues rôties au Porto dont j'ai rempli les vol-au-vent, garni de quelques pistaches mondées et servi à l'assiette accompagnés de leur crème mascarpone.
Pour les vol-au-vent de saison, j'ai préparé des pommes ou des poires caramélisées que j'ai accompagné de pignons toastés caramélisés et de glace vanille pour les premières et d'amandes et de crème fouettée pralinée pour les secondes


pour les pommes caramélisées
(adapté de Martha Stewart)

  • 2 pommes type Royal Gala
  • 1 cs de jus de citron fraichement pressé
  • 60ml de jus de pomme
  • 15g de beurre ou margarine
  • 1 cs de sucre brun
  • 1 cs de Cidre ou rhum (à défaut de jus de pomme)
  • qs d'extrait de vanille liquide ou épices au choix (cannelle, gingembre etc..)

Peler et couper les pommes en petits cubes puis les placer dans un bol moyen, arroser avec le jus de citron et le jus de pomme mélanger et laisser mariner le temps de préparer le caramel.

Faire fondre le beurre dans une grande poêle puis ajouter le sucre, mélanger et laisser cuire 3 min environ ou le temps que le sucre commence à prendre une couleur caramel prononcée.
Retirer la poêle du feu et ajouter la cuillère à soupe d'alcool, mélanger avec une cuillère en bois puis remettre sur feu doux, ajouter les pommes et laisser caraméliser en mélangeant délicatement. Prélever les pommes caramélisées avec une écumoire et placer dans un bol. Réduire les jus de cuisson pour obtenir un caramel sirupeux (facultatif).

  • poires caramel & nature, amandes, crème pralinée, sauce chocolat


16 septembre 2009

Lekach: Gâteau au Miel de Rosh Hashana


Comme vous le savez peut-être, dans quelques jours aura lieu Rosh Hashana, le nouvel an Juif pendant lequel il est d'usage de symboliser les vœux d'une année bonne et douce par la consommation d'aliments sucrés cuisinés ou plongés dans le miel.
Quelle que soit son origine géographique, chaque foyer Juif a pour tradition de consommer de la pomme trempée dans du miel le soir de Rosh Hashana.
Outre cette tradition universelle, il est également d'usage pendant toute la période de fêtes allant de Rosh Hashana jusqu'à la fête des Cabanes (Souccot) de consommer du miel à tous les repas soit directement en y trempant le pain du repas sur lequel est faite la bénédiction, soit de façon indirecte en consommant des aliments cuisinés avec du miel: beignets de légume, biscuits, ou gâteaux selon les traditions.



Parmi ces douceurs, le lekach (gâteau au miel) est probablement le plus classique et le plus symbolique particulièrement chez les Juifs d'origine ashkénaze.
Toujours réalisé sans beurre ni autre laitages afin de respecter les restrictions alimentaires, le gâteau au miel a longtemps souffert d'une texture trop sèche que les recettes plus modernes ont cherché à arranger en augmentant parfois de manière radicale la proportion d'huile.
En réalité, tout le secret d'un gâteau au miel moelleux et tendre réside dans la cuisson comme vous pourrez le constater avec cette recette adaptée de The Jewish Mama's Kitchende Denise Phillips qui est proche de la recette que j'utilise d'habitude mais qui trouve son originalité par l'incorporation de jus de pommes dans la pâte.
Préparé en un tour de main, ce gâteau a en plus l'avantage de se bonifier avec le temps et mérite d'être préparé au moins 2 ou 3 jours avant d'être consommé.. ce qui tombe particulièrement bien pour Hanna à qui je dédie cette recette et tous ceux qui auront la joie de marquer cette nouvelle année par d'aussi agréables symboles de bons et doux présages. Chana Tova!



(pour un moule à cake standard contenance 1,5l)

  • 200g de farine T55 tamisée
  • 45g de sucre
  • 1 cc de bicarbonate de soude
  • gingembre, cannelle, 5 épices: au goût
  • 60g d'huile végétale neutre
  • 250g de miel (acacia, oranger etc..)
  • 3 oeufs
  • 60g de jus de pomme


Préchauffer le four th. 6 (180°C). Huiler un moule à cake standard.

Dans un saladier moyen, mélanger la farine, le sucre, le bicarbonate de soude et les épices.

Note: pour respecter le goût des enfants, je n'ai mis qu'une pincée de chacune des épices citées mais vous avez le choix soit de les omettre soit d'en varier la quantité voire d'en choisir d'autres (anis, cardamome, girofle etc..)

Creuser un puits et verser l'huile, les œufs légèrement battus à la fourchette, le miel et le jus de pomme. Mélanger au fouet à main ou à la cuillère en bois juste assez pour obtenir une pâte lisse et sans grumeaux.

Verser la pâte dans le moule, enfourner et cuire pendant 25 min puis tourner le moule de 180°C et prolonger la cuisson de 15 à 20 min ou le temps que le gâteau ait pris une belle couleur caramel et qu'un pic enfoncé au centre ressorte propre.

Note: si le gâteau se colore trop rapidement, placer une feuille de papier aluminium au-dessus avant de tourner le moule

Laisser complètement refroidir sur une grille.

Pour mieux apprécier le lekach, il est conseillé de le préparer au moins 1 jour à l'avance (2 ou 3 jours, c'est encore mieux!) et de le laisser "maturer" bien emballé dans du papier aluminium pour plus de saveur...



.. si vous savez résister à l'odeur qui parfume la cusine!!

13 septembre 2009

Figues Rôties au Porto, Crème Mascarpone & Pizzella

Port roasted Figs, mascarpone cream, pizzelle wafer
Si vous avez suivi l'épisode figues sur ce blog l'année dernière, vous avez peut-être retenu que je ne vis pas une grande histoire d'amour avec ce fruit à une exception près: les figues rôties.
Il n'empêche, seule une bonne raison aurait pu me faire précipiter dehors pour acheter des figues et cette raison, c'est chez Zenchef que je l'ai trouvée.. ici... avec sa sublime tartelette aux figues et à la frangipane. Vous avouerez qu'elle est redoutable!

Malheureusement, le manque de temps a eu raison de mes envies de tartelettes et puisque l'on ne change pas une équipe qui gagne, c'est vers une recette de figues rôties d'Emily Luchetti que je me suis tournée dans un dessert aux caractéristiques de rêve: délicieux, simple, rapide, versatile dans la présentation et pouvant se préparer à l'avance. Le-Rêve!


(pour 6 à 8 personnes)


pour les figues rôties au Porto
  • 15 à 20 figues violettes selon taille
  • 85g de miel (lavande, acacia, châtaignier...)
  • 50g de sucre
  • 60ml de Porto
  • opt. : cannelle ou vanille ou zeste d'agrume

pour les pizzelle
  • 2 oeufs
  • 125g de sucre
  • 1 cc d'extrait de vanille (ou anis ou citron)
  • 70g d'huile végétale (ou beurre fondu)
  • 200g de farine tamisée
  • 1 cc de levure chimique

pour la crème mascarpone
  • 230g de mascarpone
  • 300g de crème fleurette
  • 1 gousse de vanille
  • 2 cs de sucre glace


Pour les figues rôties au Porto



Laver les figues, les sécher soigneusement puis couper la queue et les détailler en 2 ou en 4 selon leur taille.
Préparer la marinade: mélanger dans un grand plat creux ou un bol le miel liquide, le sucre et le Porto (et le parfum si vous l'utilisez).

Note: si votre miel n'est pas assez fluide, le tiédir un peu au préalable. Si vous utilisez un miel avec un goût particulier type ceux-cités, le parfum n'est pas utile.

Placer les figues coupées dans le bol et mélanger délicatement pour bien les enrober avec la marinade. Couvrir et laisser mariner pendant 1h.

Préchauffer le four th. 6 (180°C). Transvaser délicatement les quartiers de figues dans un plat à four suffisamment large pour que les figues ne se chevauchent pas (réserver la marinade). Enfourner et rôtir pendant 20 à 25 min en tournant le plat de 180°C à mi-parcours pour une cuisson homogène.
Laisser tiédir pour une utilisation immédiate ou complètement refroidir pour une préparation à l'avance conservée au frais.



Pour la crème au mascarpone


Verser le mascarpone dans un bol, fouetter grossièrement puis ajouter la crème, le sucre et la vanille. Fouetter le mélange jusqu'à formation de petits pics mous: la crème doit être onctueuse et veloutée. Couvrir avec du film alimentaire et réfrigérer.


Pour les pizzelle


Dans un saladier moyen, fouetter les œufs entiers avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse (peut se faire au fouet à main ou au batteur électrique).
Ajouter l'huile et l'extrait de vanille et continuer à battre pour obtenir un appareil homogène.
Verser la farine mélangée à la levure chimique dans l'appareil et fouetter quelques instants jusqu'à obtenir une pâte lisse.

Faire chauffer l'appareil à pizzelle ou à défaut un appareil à gaufrette. Huiler légèrement les plaques et verser 1 cuillère à soupe rase de pâte. Refermer l'appareil et laisser cuire 1 à 2 minutes en surveillant au début (le temps de cuisson dépend de l'appareil). Dès que la pizzella est cuite et dorée, la transvaser à l'aide d'une spatule sur une planche en bois, un rouleau à pâtisserie ou encore un cône selon la forme souhaitée et laisser refroidir.

Les pizzelle peuvent se préparer à l'avance: les conserver dans une boite métallique à l'abri de l'humidité pour garder tout leur croquant.


Présentation



Vous pouvez servir ce dessert de 3 façons:
  • à la façon d'Emilie Lucchetti sous forme de "mille-feuilles"
Disposer une pizzella sur l'assiette de présentation, déposer quelques quartiers de figues (compter 2 à 3 figues par personne selon la taille), verser un peu de jus de cuisson des figues autour et sur les figues, recouvrir avec un peu de crème mascarpone et déposer une autre pizzella par-dessus. Saupoudrer avec un voile de sucre glace.



  • à ma façon
Déposer quelques figues avec leur jus sur une assiette à dessert ou dans une coupe, déposer un peu de crème mascarpone, ajouter quelques pistaches mondées et pignons caramélisés. Servir avec une pizzella. Vous pouvez également façonner les pizzelle avec un cône pour présenter ce dessert façon cannoli.

07 septembre 2009

Pain aux Raisins, Noix & Cannelle - BBA#9


Une des choses que j'apprécie le plus dans le BBA challenge en plus de celle évidente de tester un grand nombre de pains et/ou techniques très variés est de pouvoir publier les recettes correspondantes à mon propre rythme sans aucune obligation de date-butoir... inestimable!
Je continue ainsi mon petit bonhomme de chemin dans ce défi fou de réaliser tous les pains du livre de P. Reinhart The Bread Baker's Apprentice pour vous parler aujourd'hui de la 9ème recette du livre (en oubliant au passage que les plus zélés du groupe en sont au 13ème!!) le Cinnamon walnut bread, un pain qui se situe entre le pain aux fruits et le pain de mie, un pain non sucré riche en raisins et en noix... si riche qu'il se suffit amplement à lui-même ou peut-être toasté et tartiné d'une lichette de beurre.

Comme d'habitude, j'ai réalisé ce pain à la main (il y a un mois, pétrir était encore une activité tolérable pour mes mains) et c'est ainsi que je vous conseille de le faire d'une part parce qu'il ne demande aucune technique particulière et que la pâte est très malléable et d'autre part parce qu'il contient beaucoup de raisins et de noix et que l'incorporation de ces fruits dans la pâte se fait de manière plus douce et plus intègre à la main.

Dans la mesure où les amateurs de cannelle ne sont pas légion chez moi, j'avais été tentée de ne pas en mettre ou de la remplacer par une autre épice mais finalement, j'ai préféré respecter le caractère original du pain en conservant la cannelle dont je me suis juste contentée de baisser (de beaucoup!) la quantité préconisée. A mon avis, ce pain pourrait très agréablement accompagner des fromages mais en le déchargeant d'un bon 1/3 de fruits. Tel que, il suffit de l'accompagner d'un laitage ou d'un fruit/jus de fruit pour en faire un petit-déjeuner ou un goûter parfait!

De mon côté, c'est avec un clin d'oeil que je l'accompagne rendre visite à Susan et son Yeastspotting ;)



(pour 2 pains de 750g)

  • 500g de farine T65 ouT55
  • 2 cc de levure sèche instantanée
  • 20g de sucre
  • 9g de sel
  • qs de cannelle (d'une pincée à 1,25 cc)
  • 1 oeuf battu
  • 120ml de lait (ou soja) ou lait ribot
  • 180ml d'eau
  • 30g de margarine fondue ou molle
  • 200g de raisins sultanines rincés et égouttés
  • 100g de noix hachées grossièrement


Dans un grand saladier ou le bol d'un robot, mélanger la farine avec la levure sèche instantanée d'abord puis avec le sucre, le sel et la cannelle. Creuser un puits et verser l'oeuf grossièrement battu en omelette, le lait, l'eau et la margarine ramollie coupée en petits morceaux.
Commencer par mélanger avec une cuillère en bois (ou avec la feuille du robot) en partant du centre et en incorporant la farine au fur et à mesure jusqu'à formation d'une pâte plus ou moins collante. Continuer à mélanger jusqu'à ce que la pâte commence à s'enrouler autour de la cuillère pour former une boule (ajuster avec de la farine ou de l'eau selon besoin pour que la pâte soit souple mais pas trop collante).

Transvaser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné (ou laisser dans le bol en utilisant le crochet). Pétrir pendant une dizaine de minutes ou le temps nécessaire pour que la pâte devienne souple et malléable sans être trop collante (ajuster au besoin avec un peu de farine toujours par très petites quantités).
Aplatir la pâte avec la paume de la main, ajouter les raisins bien égouttés et les noix hachées puis refermer la pâte par-dessus pour les emprisonner. Continuer à travailler la pâte de manière à distribuer les fruits secs de façon homogène et jusqu'à ce que la pâte passe le windowpane test.

Placer la pâte en boule dans un saladier légèrement huilé en la retournant de tous côtés pour que toute sa surface soit recouverte d'huile. Couvrir avec du film alimentaire et laisser fermenter pendant 2h environ (la pâte doit doubler de volume).


Verser la pâte sur le plan de travail légèrement fariné et la diviser en 2 parts de même poids (environ 600g). Façonner chaque pâton en bâtard comme indiqué ici et déposer chaque pâton soudure dessous dans un moule à cake de 22 cm x 11 cm légèrement huilé (une barquette en aluminium jetable de 1,5l convient très bien ici).

Note: si vous êtes fan de cannelle et si vous voulez donner à vos tranches de pain un petit air de roulé, vous pouvez étaler sur le rectangle de pâte du sucre cannelle puis rouler la pâte en repliant les extrémités vers le dessous. En ce qui me concerne, j'ai zappé la cannelle et réussi à obtenir le même effet uniquement avec du sucre complet.

Vaporiser légèrement la surface des pâtons avec de l'huile et recouvrir avec du film alimentaire. Laisser pousser pendant 1h à 1h30 ou le temps que le haut des pâtons dépasse légèrement du bord du moule.

Préchauffer le four th. 6 (180°C). Placer les moules sur une plaque de cuisson en veillant à les garder espacés et enfourner au milieu du four. Cuire une vingtaine de minutes, retourner les moules de 180°C pour une cuisson homogène et prolonger la cuisson encore 20 min ou un peu plus selon les fours (le pain hors moule doit sonner creux lorsqu'on le tapote sur sa base et doit être brun doré en surface et plus légèrement doré sur les côtés). Démouler et refoidir sur une grille.

Note: Pour encore plus de gourmandise et un petit côté croustillant, vous pouvez badigeonner de beurre la surface des pains dès leur sortie du four puis les rouler dans du sucre cannelle ou dans du sucre complet
LinkWithin Related Stories Widget for Blogs